Close
Mr Culioli

M. Culioli

Chers amis,

Hanoucca est la fête des lumières, celles que nous allumons pour nous remémorer le miracle de cette fiole qui dura 8 jours alors qu’elle n’était censée n’en durer qu’un seul.
Chacune de nos fêtes nous rappelle à la mémoire et notre éducation, notre identité, nous conduit à tirer les enseignements de notre passé.
Ainsi chaque fois que nous en avons la possibilité nous nous rappelons l’importance de cette mémoire, érigée en devoir et, comme j’ai eu l’occasion de l’expliquer, en un véritable droit.
Je suis retombé par hasard il y a quelques jours sur des journaux de propagande nazie distribués en France pendant la guerre.
Jamais je ne m’y ferai et un sentiment de profond dégout et de profonde révolte m’a envahi lorsque j’ai lu les ignobles descriptifs qui étaient faits des Juifs et l’appel réitéré à les supprimer.

Il faut se souvenir de cette tranche des plus sombres de notre histoire.
Il faut s’en souvenir de plus fort qu’aujourd’hui nous retrouvons de telles propagandes sur les réseaux sociaux ou dans les discours de haine de certains dirigeants politiques du Moyen-Orient envers l’état d’Israël.
Alors à la lumière de notre mémoire continuons d’alerter et, grâce aussi au soutien et au travail de certains justes des temps modernes, mais aussi de certains de nos responsables politiques, qui œuvrent sans relâche pour que la mémoire soit préservée, respectée, transmise…
Il faut avoir conscience de l’importance de la transmission et de l’importance que nous devons attacher à voir respecter ce devoir de mémoire.
La mémoire est cette lanterne que nous avons accrochée dans le dos et qui, pourtant, éclaire notre chemin.

Hag Sameah !